Quelle quantité est suffisante ?

La faim, l'obésité, les déchets – représentent une énigme. Au même moment où nous obtenons des données sur l’importance de la faim et de l’insécurité alimentaire, nous apprenons que l'obésité est un problème de santé mondiale qui s’accroit. Nous apprenons en outre que des champs sont frappés par la sécheresse et que les produits halieutiques sont surexploités, paradoxalement, de vastes quantités de nourriture sont gaspillées entre les champs et nos assiettes. Cela ne semble pas cohérent.

En fait, nous produisons assez d’aliments pour nourrir tout le monde. Actuellement, le monde produit plus de 4000 calories par personne et par jour, malgré cela, la moyenne qui atteint le consommateur est autour de 2800 calories par jour. Les Etats Unis ont la moyenne la plus élevée dans le monde avec 3770 calories par personne et par jour alors qu’en Inde, elle est de 2300 par jour. Seulement 3 pays dans le monde ont des quantités inférieures au standard  minimum international qui est de 1800 calories par jour et qui est nécessaire pour assurer une vie productive et saine.

Le rôle fondamental des aliments est de fournir l’énergie et les nutriments nécessaires au bon fonctionnement du corps et du cerveau. Au-delà de cette définition, la question de savoir « Quelle quantité est suffisante » devient très subjective. «  Quand les besoins fondamentaux d’une personne sont comblés, les facteurs économiques, culturels et sociaux deviennent une priorité.  Dès alors, une transition de la priorité alimentaire vers la satisfaction personnelle s’opère.  Avec  la  prospérité croissante et la diversité des choix alimentaires présentes dans la plupart des pays, la possibilité d’une consommation alimentaire excédant les besoins physiologiques est devenue une réalité, au détriment de la survie individuelle et de la sécurité alimentaire globale sur le long terme.

D’un point de vue écocentrique,  bien que les individus soient importants, le monde, ou l’écosphère est d’une plus grande importance dans la mesure où nous humains sommes seulement une partie du système terrestre. Nous devons donc nous rappeler que  lorsque nous consommons, la santé de la planète est aussi en jeu.

Alors pourquoi les gens souffrent il de la faim? Le problème provient d’une distribution et d’un accès inégal aux  ressources, dans les pays mais aussi entre eux. Près d’un milliard de personnes vivent sans les aliments dont ils sont besoin, et partout dans le monde, ceux qui risquent vraiment de souffrir de la faim sont les pauvres mais aussi les victimes de catastrophes. Les pauvres dans le monde rural ont tendance à être dépendants de l’agriculture de subsistance dans les pays en développement vulnérables à la sécheresse et l’érosion avec souvent pas d’accès à l’électricité, l’eau potable ou aux installations sanitaires et avec peu de services de santé ou d’éducation. Dans les villes, les citadins pauvres manquent de ressources nécessaires à l’achat de nourriture et en produisent aucune. Une telle pauvreté ne connait aucune frontière : même aux Etats Unis, plus de 50 millions de personnes, soit deux fois la population  de la Malaisie ou trois fois celle des Pays Bas, sont confrontés à l’insécurité alimentaire ou ont un accès limité à une nutrition adéquate.


La faim est bien une réalité, et le changement climatique, l'épuisement des ressources agricoles et les océans surexploités  représentent des menaces pour la sécurité alimentaire dans le futur – Nous devons  y prêter attention pour assurer la croissance de la population humaine dans le monde.

Pas de déchets

Et il y a la question du gaspillage. En général, plus de la moitié des aliments produits sont perdus. En raison des mauvaises conditions de stockage, d’emballage et de production, 1 ; 3 milliards de tonnes de nourriture périssent entre le champ et l’assiette  sans mentionner la quantité de restes et de nourriture inutilisés que les consommateurs, vous et moi, jetons. Le niveau de la chaîne de  production, de transformation et de distribution dans lequel se produit la perte des aliments varie d’un endroit à un autre. Dans les pays industrialisés, d’importantes quantités de nourriture sont gaspillées par les consommateurs, alors que dans les pays en développement, proportionnellement plus de pertes se produisent entre la ferme et le consommateur.

Tout cela aboutit à un problème complexe qui nécessite un changement profond, systémique et systématique. Le monde doit trouver un moyen de valoriser et distribuer la nourriture que  nous avons de manière plus équitable, tout en prenant soin des écosystèmes qui la fournissent.


Par  Ramanathan Thurairajoo, Singapour


Partenaires